Lettre ouverte aux
responsables politiques et économiques

Strasbourg, le 13 octobre 2017


 

Les Dernières Nouvelles d'Alsace se sont fait l'écho à plusieurs reprises des réactions suscitées par les manifestations liées au GCO, en particulier le culte célébré le 17 septembre dernier à Vendenheim, à l'initiative de plusieurs pasteurs du secteur concerné par le tracé de cette nouvelle autoroute.

 

Je tiens à cette occasion à préciser que l'UEPAL n'a pas, et n'aura pas, de position officielle au sujet de ce projet autoroutier. Notre Commission des Affaires Sociales, Politiques et Economiques a examiné la question du GCO au printemps dernier. Notre proposition était d'encourager les communautés protestantes concernées à susciter une réflexion et un débat sur le sujet, dans le cadre de notre responsabilité chrétienne en matière de développement durable et de protection de l'environnement. Les paroisses directement concernées par le tracé ont opté pour une autre démarche dont la responsabilité leur appartient et qui n'engage pas l'UEPAL en tant que telle. Ce projet complexe constitue une question de bien commun, et il appartient aux responsables politiques de prendre les difficiles décisions nécessaires.

 

Il me faut toutefois préciser que l'engagement de ces pasteurs et de leur communauté ne saurait en rien être disqualifié au nom du fait que l'Église n'aurait pas à se mêler de politique. On entend encore trop souvent dire dans les milieux économiques ou politiques : « Occupez-vous du ciel, nous nous occupons de la terre ». Le Christ a prêché la justice et la paix, non pas pour l'au-delà mais pour ici et maintenant. La responsabilité chrétienne consiste donc à faire entendre cette voix, non comme une volonté de régenter la société, mais pour apporter une contribution, celle des chrétiens protestants, à la vie de notre pays. Cette contribution doit se faire dans la recherche du dialogue et dans l'écoute des divers points de vue. Les protestants d'Alsace portent depuis de longues décennies le souci de la protection de l'environnement et du développement durable, ils se sont fortement impliqués dans le soutien à la COP 21, et il est par conséquent logique et cohérent qu'ils interpellent nos modes de vie et de déplacement qui compromettent l'avenir de notre planète. Si la forme d'un « culte anti-GCO » peut être discutable, le fond en revanche - l'interpellation sur les conséquences de nos modes de vie à long terme - ne l'est pas.
L'argument du devoir de réserve qui serait celui des fonctionnaires ne tient pas davantage : nous revendiquons en tant qu'Église notre liberté de parole, pour autant que sont concernées des questions qui touchent à nos convictions chrétiennes. Cette liberté nous engage à être des acteurs favorisant le dialogue et la concertation.
Je souligne enfin que les pasteurs concernés ont agi par solidarité avec les membres de leur paroisse et leur territoire, ce qui fait aussi partie de leur mission pastorale, qu'ils accomplissent par ailleurs auprès de leurs paroissiens avec fidélité et conviction.

 


Christian ALBECKER

 

 

 

Appel à l'accueil des réfugiés

logo_uepal_72_rvb.jpg

L'UEPAL s'associe à la FEP Grand Est

readmore

Protestants en fête

culte-zenith.jpg

3 jours à Strasbourg

Revoir le culte ou encore suivre les 5 heures de la Nuit des thèses...

readmore

La Conférence des Églises

logo_alsace_20.png

riveraines du Rhin

Une interview de Christian Albecker

readmore