Onglet Actus
  • Camps cet été

  • Nomination de Marion Muller-Colard au Comité consultatif national d’éthique (CCNE)

    Docteure en théologie protestante de l’Université de Strasbourg, elle est auteure d’une thèse sur le livre de Job et « le mal de justice ». De 2008 à 2013 elle a ensuite exercé un travail d’aumônier hospitalier à la Clinique du Diaconat à Mulhouse avant de se consacrer entièrement à son travail d’écrivaine. Elle s’est notamment fait remarquer pour son livre « L’autre Dieu. La plainte, la menace et la grâce » (Éditions Labor et Fides) qui a rencontré un large succès en librairie et obtenu les prix Spiritualités d’aujourd’hui et Écritures et spiritualités en 2015.

     

    L’UEPAL lui souhaite beaucoup de réussite dans ses nouvelles fonctions.

     

     

    Retrouvez deux articles très intéressants sur le sujet :

    « Treize nouveaux membres nommés au CCNE », article paru dans La Croix du 29 décembre 2017

    « Bioéthique : Chrétiens, soyons les gardiens de la vulnérabilité », article paru dans La Vie le 4 janvier 2018

     


    Publié le 15 janvier 2018

     

    -->
  • John Bost remporte un prix à Angoulème

  • Index 2018 de la persécution des chrétiens

  • Décès du pasteur Wolfgang Gross- de Groër

  • Message oecuménique de Noël

    C’est que, pour trouver le chemin de la mangeoire de Bethlehem, il faut sortir du confort, se débarrasser de nos encombrements, qu’ils soient matériels – comme notre soif inextinguible de consommation - ou psychologiques – comme notre obsession d’efficacité et d’apparence-. Pour trouver le Christ, il faut se mettre à l’écart, dans le silence et le dénuement intérieur. Il faut contempler comme les bergers la voûte étoilée pour percevoir le chant des anges. Ces messagers de la Bonne Nouvelle nous indiquent le chemin de l’humble étable où gît celui qui a fait descendre le ciel sur la terre, le Prince de paix annoncé par l’antique prophétie. « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime ! »

    Le silence et l’humilité : deux dispositions intérieures à cultiver en ce temps de Noël, dans notre monde où tout n’est que vacarme et prétention orgueilleuse. Car seuls les humbles et ceux qui ont une capacité d’écoute peuvent accéder à la vraie joie de Noël, comme Marie, humble et attentive, comme les bergers et même comme les mages, qui ont eu l’humilité de se laisser guider et enseigner.

    Paix aux hommes, paix sur terre : le message de Noël s’adresse aux chrétiens et à toute personne de bonne volonté. Puisse la paix de Dieu, trouvée dans le silence et l’humilité, se concrétiser dans nos vies par des actions de justice et de solidarité, de respect de la création, de réconciliation et de fraternité !

    Joyeux Noël à toutes et à tous, dans la paix du Christ qui est joie et espérance !

     

     

    Christian Albecker                                                       Mgr Luc Ravel

    Président de l’Union des Églises Protestantes                Archevêque de Strasbourg

    d’Alsace et de Lorraine

     

     

    -->
  • Lettre ouverte GCO

  • Appel à l'accueil des réfugiés

  • Couloirs humanitaires

  • Communiqué Comprendre et s'Engager

Fin de vie

Envoyer Imprimer PDF

 

Ce que nous croyons

cqnc_findevie_couv

 

 

Déclaration
« La fin de vie : convictions et compassion »
mars 2014

L'accompagnement de la fin de vie est devenu une préoccupation sociétale dans la France d'aujourd'hui à la suite de quelques affaires douloureuses fortement relayées par les medias.


Même si certaines situations exceptionnelles appellent d'autres réponses, la loi Leonetti de 2005 permet de résoudre la grande majorité des cas en préconisant le développement des soins palliatifs et l'abandon de l'acharnement thérapeutique. Forte de son engagement dans la société, l'Union des Églises protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL) souhaite apporter au débat sur la fin de vie quelques convictions issues d'une réflexion menée en son sein.


Entre les slogans réducteurs « la mort comme je veux » d'une part et « tu ne tueras point » d'autre part, la distance est grande. Dans la Bible, c'est Dieu qui est à l'origine de toute vie et l'être humain est créé libre. Cette liberté peut mener à des choix contradictoires : aller au bout de son chemin, aussi difficile qu'il soit, ou décider de l'écourter.


La condition humaine est marquée par la finitude dont font partie la maladie et la mort ; mais celles-ci ne portent atteinte en aucun cas à la dignité d'une personne, pas plus qu'une perte d'indépendance ou de fonctionnalité. Enfant ou vieillard, bien portant, handicapé ou malade, l'être humain est et reste digne.


Le commandement central de la foi chrétienne « Aime ton prochain comme toi-même » met au cœur de notre vie le devoir de compassion. L'être humain est un être de relation jusqu'au bout de ses jours. Le souci premier est de répondre au désir de vie, de sens, d'affection ; ce que mettent en œuvre les soins palliatifs. Voilà pourquoi l'UEPAL plaide sans réserve pour leur développement. Dans la diversité des circonstances que peut revêtir la fin d'une vie, la vocation des Églises n'est pas de condamner, même lorsqu'il s'agit d'une demande de suicide assisté voire d'euthanasie, dans la mesure où elle témoigne d'abord d'une souffrance ; les Églises se doivent d'accompagner les personnes en fin de vie et leur famille, quelle que soit leur décision.


Les conflits de valeurs sont inévitables, entre espérer guérir et décider de lâcher-prise, entre volonté de Dieu et décision humaine, entre ce qui apparaît comme une ultime solution face à une maladie à l'évolution incontrôlable et ce que dicte la conscience. L'UEPAL affirme, en tension assumée, ses convictions que Dieu est à l'origine de toute vie et que l'homme demeure libre devant Lui. La vie doit être défendue, mais c'est l'amour qui doit guider nos relations à l'autre.


Il n'est pas envisageable de laisser aux soignants et aux médecins, aux familles et encore moins à la personne malade, à chacun isolément, la responsabilité d'un tel choix de vie et de mort. Il incombe à l'Église, en ces moments critiques, d'être à leurs côtés et d'oser avec eux une réponse adaptée. Celle-ci ne pourra qu'être imparfaite, mais elle sera portée par l'espérance que vie et mort sont entre les mains de Dieu.

 

 

Contact presse :
Pasteur Isabelle Gerber, inspecteur ecclésiastique de Bouxwiller
09 67 14 79 32

 

 

Publié le 21/03/2014

 

 
UEPAL Église et société Fin de vie