Onglet Actus
  • Culte XXL au Zénith

  • Fête chorale transfrontalière

  • 1918, le centenaire

  • Introduction Israël/Palestine

  • CEPE

    Les travaux de l’Assemblée générale de la CEPE s’achèvent mardi 18 septembre à Bâle

    L’Assemblée a définitivement adopté le texte doctrinal sur la compréhension protestante de la communion ecclésiale, ainsi que les textes sur la pluralité religieuse en Europe, la théologie de la diaspora et l’éthique de la médecine reproductive.

     

    Un culte solennel a été célébré dimanche en la cathédrale de Bâle. La prédication du Président Gottfried Locher a porté sur la Béatitude « Heureux ceux qui procurent (fabriquent !) la paix », appliqué au contexte européen actuel. L’assemblée a fait l’expérience étonnante d’une liturgie « yodlée », dans la grande tradition des Alpes suisses ! Durant cette célébration eucharistique a été signée solennellement, entre le président de la CEPE et le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, une déclaration d’intention engageant les deux parties à ouvrir un dialogue officiel sur l’Église et la communion ecclésiale. Ce dialogue représente une grande nouveauté, dans la mesure où jusque-là le Vatican n’ouvrait de dialogue qu’avec les grandes communions confessionnelles mondiales (luthérienne, réformée, méthodiste,…). Ce dialogue est une reconnaissance de l’intérêt et de la pertinence du modèle œcuménique pratiqué par la CEPE, sur la base de la Concorde de Leuenberg : nous pouvons être en pleine communion malgré nos différences d’organisation, de piété, de positons éthiques. Il s’agit, sur la base d’un accord sur l’essentiel – la foi en Christ ressuscité – d’accepter une « diversité réconciliée » ou un « consensus différencié ».

     

    L’Assemblée a également élu son nouveau conseil de 13 membres, en responsabilité jusqu’à la prochaine Assemblée générale dans 6 ans. Christian Albecker a été élu au Conseil, avec pour suppléante Agnès von Kirchbach, pasteure dans l’EPUdF. La première réunion du Conseil a eu lieu dans la salle du Concile, où les cardinaux se réunissaient durant le Concile de Bâle.

     

     

     

    180814_cepe-1

     

    190814_cepe-2

     

    180918_cepe-3

     

    180918_cepe-5

     

    180918_cepe-6

     

    180918_cepe-4-

     

     

    © UEPAL / Christian Albecker

     

    Publié le 18/09/2018

     

    -->
  • Quand la musique fait impression

  • Le temps de la Création

  • Conseil de la Fédération luthérienne mondiale

  • La religion à l'école

  • Rendez-vous avec les religions

Le Stift

Envoyer Imprimer PDF

1 bis quai Saint-Thomas à Strasbourg

Le Stift, c'est un foyer, un restaurant universitaire et une médiathèque. On peut y vivre, y habiter, y manger, y étudier. Une manière particulière de vivre sa foi protestante...

D'abord un peu d'histoire : Le collège Saint-Guillaume a été fondé grâce à la piété et à la générosité des pasteurs et des anciens pour servir aux bonnes études en l'an 1544. Puis, en l'an 1660, il est transféré de la maison des Wilhelmites dans celle plus adaptée des Dominicains. Chassé de là par la destruction lors d'un énorme incendie, le collège Saint-Guillaume s'installe 2 siècles plus tard dans le magnifique siège de Saint-Thomas. Une plaque fût posée, en témoignage de ces faits, pour le trois cent cinquantième anniversaire en l'an 1894 : Que celui qui a été béni bénisse, sanctifie, serve (traduction de l'inscription latine dans le hall d'entrée du foyer). Ces principes ont été réaffirmés lors de la fête du 450e anniversaire en 1994.

 

Aujourd'hui, le foyer du Stift accueille et loge des étudiants protestants mais pas uniquement ; des théologiens et d'autres étudiants, des français et des étrangers.

 

L'objectif est de permettre aux étudiants de :

Mener une vie d'études studieuse et sérieuse, dans les meilleures conditions possibles.

Développer leur vie personnelle selon leurs aspirations individuelles, mais dans la perspective de la foi chrétienne.
Mener une vie communautaire qui, tout en respectant la liberté de chacun, crée un lieu d'échanges, de dialogues et d'engagements au service des autres dans l'esprit de l'Évangile.

Pour assurer ces objectifs, l'UEPAL met à disposition un pasteur. Autrefois, ce pasteur était appelé « directeur » aujourd'hui il s'appelle plus humblement, simplement « aumônier ». Acruellement l'aumônier du Stift est le pasteur Matthias Dietsch.

 

Si vous êtes curieux et avez envie d'en savoir plus, rendez-nous visite au Stift ! Les étudiants et leur pasteur seront heureux de vous voir et peut-être de partager un café dans notre cafete (dans la cour au sous-sol, à coté de l'entrée du resto U).

 

Contact : Matthias Diestch, 03 88 25 90 25 - aumonier@lestift.org

www.lestift.org

 

 
UEPAL L'Église et moi Vie étudiante Foyers étudiants Le Stift