7 octobre 2020

Huit nouveaux pasteurs ordonnés

Le dimanche 18 octobre 2020 à 15h, l’église Saint-Paul de Strasbourg accueillera la cérémonie d’ordination des nouveaux pasteurs de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Moselle.

Culte de reconnaissance du ministère pastoral et d’ordination

Cette cérémonie solennelle concrétise l’engagement réciproque entre chaque candidat aux fonctions de pasteur et l’Église qui l’accueille et le reconnaît comme tel. Elle marque une étape importante dans un parcours exigeant de formation et d’engagement.

 

Suivez le culte en direct sur respireweb.fr

 

Découvrez les parcours des huit pasteurs ordonnés

Moïse Adjé

Paroisse : Munster

A l’issue du doctorat, j’ai pris contact avec l’Eglise Méthodiste Unie de Côte d’Ivoire, et j’ai été consacré pasteur, pour y exercer durant 10 années, tout en y enseignant l’Ethique à l’Institut de formation des pasteurs à Abidjan.

Ayant fait une grande partie de mes études à Strasbourg, j’ai désiré revenir en France en vue d’y intégrer l’UEPAL qui m’a demandé de compléter ma formation (Master de Théologie Appliquée). J’ai donc repris le chemin de la Faculté en 2016 !

J’ai eu durant cette période d’études, l’opportunité d’effectuer des suffragances ce qui m’a permis de me familiariser avec les us et coutumes luthéro-réformés. J’ai effectué mon vicariat dans la paroisse de Munster où, j’ai été nommé à l’issue de l’obtention du CAFP.

Fabien André

Paroisse : Neuviller la Roche / Musée Oberlin

J’ai passé mon vicariat dans la vallée de Munster, à Gunsbach, puis, depuis maintenant un an, dans une autre vallée, celle de la Bruche, à Neuviller-la-Roche et Wildersbach. La moitié de mon ministère s’accomplit au musée Oberlin, de Waldersbach, ou je découvre sans cesse un pasteur illustre, Jean Frédéric Oberlin, clairement marqué par une curiosité sans limites pour l’univers qui l’entourait.

Aujourd’hui, bien qu’ordonné dans le corps pastoral, je continue d’étudier, d’apprendre. Et j’espère ne jamais m’enfermer dans une conception du monde, de Dieu, ou des façons de faire. Pour moi, le ministère dans une paroisse est une activité partagée, avec les conseillers et les paroissiens, où nous apprenons ensembles les uns des autres, et autour de Celui qui porte notre Église.

Alexis Herrlé

Secteur : L’ensemble du Vignoble

Mon ministère pastoral dans le Vignoble consiste à accompagner les paroisses locales, comme pour un ministère classique. Une autre partie de mon temps consiste à proposer des projets nouveaux, des rencontres différentes et de créer du lien avec ceux qui n’ont pas le réflexe de s’adresser à l’Église ou qui ne savent pas ce que l’Église propose hors du culte dominical ou des obsèques…

J’ai la conviction que le ministère de pasteur et l’Église dans son ensemble n’a plus rien à voir avec ce que nous en connaissons. La société bouge, l’Église aussi et c’est là sa vocation première : accompagner la société dans les mutations profondes qu’elle connaît.

Laurianne Kuhm

Paroisse : Hangviller-Berling-Metting-Pfalzweyer

Depuis maintenant un an, c’est dans la paroisse de Hangviller-Berling-Metting-Pfalzweyer que je vis mon ministère avec beaucoup de bonheur.

Tout cela me motive jour après jour à poursuivre sur cette belle route qu’est le ministère pastoral, accompagnée dans cette grande aventure par mon mari et notre petit garçon.

Être pasteure n’est pas toujours facile, mais jusqu’à maintenant, cette expérience a été riche de sens et d’échanges. J’estime que c’est un parcours partagé, qui ne serait pas possible sans chacune des personnes que j’ai rencontrées dans mon cheminement.

C’est une grande joie pour moi de continuer à annoncer l’Évangile chaque jour, en restant à l’écoute de notre Seigneur et de son Esprit Saint.

Débora Mistretta

Paroisse : Boofzheim-Benfeld

J’ai effectué mon vicariat à Breuschwickersheim auprès de Philippe François. Depuis que j’ai commencé des études de théologie, un thème me passionne et me poursuit, à travers mes pensées, mes lectures, à savoir “l’être”, “le savoir être”, avoir “le courage d’être”, pour reprendre cette belle expression d’un de mes théologiens préférés, Paul Tillich.

Je n’oublie pas de vous parler d’une autre passion, celle du théâtre qui accompagne mon parcours depuis mes huit ans. J’ai eu l’occasion d’étudier le théâtre au conservatoire de Strasbourg. Aujourd’hui je mets à profit cette passion pour le théâtre et ces compétences à l’Église, par ma participation en tant que metteur en scène dans la compagnie des particules que j’ai créée en 2016.

Elsa Pflug

Paroisse : Drulingen

À côté de mon vicariat, je me suis investie dans l’association Coexister, ainsi que dans l’ACAT, dans des prières de Taizé et dans un groupe œcuménique de jeunes professionnels. Les trois derniers mois à Mulhouse ont été pour moi l’occasion de découvrir d’autres réalités, en effectuant un stage dans un foyer pour sans domicile fixe, puis un autre auprès de femmes victimes de violences.

Depuis un an, je suis pasteure à Drulingen-Ottwiller. L’Alsace Bossue est très belle, et la rencontre de ses jeunes et moins jeunes enthousiasmante dans la construction commune de routes d’espérance.

J’aime particulièrement la nature, la création de liens entre les gens et avec Dieu, la musique … et la sobriété heureuse.

Severin Schneider

Paroisse : Riquewhir-Ostheim

Après un an de préparation au concours pour exercer le métier de bibliothécaire, j’ai travaillé 3 ans au Temple Neuf en tant qu’animateur sacristain. Durant mes deux dernières années à ce poste, je suis retourné dans les bancs de la faculté de théologie pour finaliser ma formation pratique afin de pouvoir espérer postuler comme vicaire au sein de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine.

En 2017, me voilà en formation auprès de la pasteure Stéphanie Ferber à la paroisse de Mundolsheim-Niederhausbergen. Un an et demi pour découvrir, apprendre, réfléchir à mon ministère. Après trois mois captivant et remuant (dans le bon sens du terme) passés au côté de la pasteure Léa Langenbeck en aumônerie, me voilà envoyé – en solitaire – au consistoire de Riquewihr, avec un ancrage sur la paroisse d’Ostheim-Illhaeusern, un poste que j’ai la joie d’occuper encore aujourd’hui.

Julie Widemann

Secteur : Soultzerland

Je suis partie ma première année de master à Genève, j’y ai découvert d’autres hypothèses théologiques et d’autres réalités paroissiales. J’ai poursuivi l’été avec une suffragance sur la région de la Savoie dans l’Église protestante unie de France (EPUdF) qui m’avait beaucoup plu. C’était bien différent de ma suffragance dans l’UEPAL de l’été précédent qui m’avait aussi beaucoup plu.

C’est ce goût pour la vie en paroisse que j’ai pu expérimenter davantage avec mon stage à la paroisse de Haguenau, paroisse foisonnante d’activités. J’y ai vécu de très belles choses et ai été confortée dans ma vocation. J’ai aussi pu expérimenter en stage spécialisé le contexte carcéral. Cela a été vraiment enrichissant pour moi et a rendu bien plus intense le message de la grâce inconditionnelle et du pardon de Dieu pour chacun et chacune.

Ordination et reconnaissance de ministère

Chaque candidat doit remplir une double condition : d’une part, une formation comprenant un volet universitaire (sanctionnée par un Master professionnalisant en théologie protestante délivré par la Faculté de théologie protestante de l’Université de Strasbourg – Bac +5) et une formation professionnelle de trois ans (sanctionnée par un Certificat d’aptitude professionnelle) et, d’autre part, un engagement personnel et de foi à se mettre au service de l’Évangile et de la communauté Église.

L’ordination, parfois appelée « reconnaissance de ministère », signifie que le pasteur ne s’appartient pas à lui-même ni à la paroisse qu’il dessert, mais qu’il est au service de toute l’Église. À l’engagement individuel de l’ordinand, répond l’engagement collectif de l’Église qui lui reconnaît un rôle particulier, la prédication et l’administration des sacrements, au sein de la communauté.

Pour l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine, ce dernier point est fondamental : un pasteur ne peut pas s’autoproclamer pasteur. Il est pasteur parce que la communauté le reconnaît et l’appelle à ces fonctions. C’est cet appel qui est adressé ce dimanche 18 octobre à : Fabien André, Alexis Herrlé, Laurianne Kuhm, Débora Mistretta, Elsa Pflug, Severin Schneider et Julie Widemann. Moïse Adjé est pasteur consacré dans l’Église méthodiste unie de Côte d’Ivoire.

À cette occasion, toute la communauté de l’Église est en fête et se réjouit d’accueillir tous ceux qui, de près ou de loin, viennent partager ce moment de joie.

 

Christian Albecker, président de l’UEPAL, s’exprime sur l’ordination

Ordinands 2020