Retour aux réflexions

L'auteur Denis SCHWITZER

Aumônier des prisons

Thème de la réflexion : aumônerie

L’aumônerie des prisons, au défi de l’interreligieux

Denis Schwitzer est aumônier à la maison d'arrêt de Metz. Témoignage sur son quotidien dans la prison.

Chaque mardi matin nous nous retrouvons, aumônier catholique, musulman, protestant, témoin de Jéhovah et parfois israélite pour accueillir les détenus arrivés la semaine précédente. L’objectif étant de leur présenter les différentes aumôneries présentes dans la prison, de leur expliquer ce qu’ils peuvent en attendre et d’affirmer leur droit à pratiquer leur religion.

L’étonnement est souvent la première réaction des détenus : toutes ces religions réunies dans un même lieu, ces aumôniers qui ne sont pas là pour tirer « la couverture » à eux mais qui vivent plutôt en bonne harmonie et où il se dégage même un esprit fraternel. Ca alors !

Se poser des questions existentielles

En plus nous les engageons à utiliser ce temps d’arrêt pour aller à la rencontre des religions qu’ils ne connaissent pas afin d’enrichir leur être intérieur en posant toutes leurs questions existentielles. Et ça marche ! Pas pour tout le monde bien sûr mais nous voyons des détenus participant à toutes les aumôneries cherchant, questionnant, demandant des rendez-vous individuels pour approfondir leurs connaissances et/ou leur foi. Oh combien j’aimerais avoir ce genre de discussions dans nos paroisses ! Vraies, sincères, parfois rugueuses, cherchant à convaincre mais toujours dans le respect de la croyance de l’autre. Pouvoir exprimer sa foi, être questionné, confronté à une autre manière de croire nous permet d’en sortir toujours grandi. Car avec les années, si l’on n’y prend pas garde, si l’on reste « entre soi », notre foi peut se construire sur des fondements liés aux traditions de notre Église et qui s’avère bien fragile lorsqu’elle est confrontée à d’autres manières de croire. C’est pourquoi on préfère souvent éviter la rencontre afin de ne pas être remis en question. L’apôtre Pierre a écrit dans sa première lettre chapitre 3 v 15 « Si l’on vous demande des explications au sujet de votre espérance, soyez toujours prêts à la justifier courtoisement et dans le calme, avec modestie et respect. » Un bon défi !

© Lightstock / Brandon Stubbs

Les réflexions du même thème