Retour aux réflexions

L'auteur Christian Albecker

Président de l'UEPAL

Thème de la réflexion : foi et spiritualité

Message de Christian Albecker

Un message du président de l’UEPAL pour le Vendredi saint.

Chères sœurs et frères,

Je voudrais vous apporter le témoignage de l’un des milliers de malades victime du COVID19, qui m’a tenu terrassé par la fièvre pendant une dizaine de jours, dans un état de faiblesse et d’épuisement que je ne pensais pas possible et dont je n’avais jamais fait l’expérience. Je tiens d’abord à exprimer ma profonde reconnaissance à mon médecin traitant, qui a su établir le bon diagnostic et trouver le traitement efficace. Je rends aussi grâces à toutes celles et ceux, et je sais qu’ils sont nombreux, qui m’ont porté dans leur amitié et leur intercession.

Une telle expérience ne laisse évidemment pas indemne. Je voudrais dire à quel point j’ai (re)découvert la grâce du verre d’eau fraîche, donné et reçu. Lorsque le corps est brûlant, que la fièvre rend l’esprit confus, cette eau fraîche vous rend un peu de lucidité et d’humanité. Et remontent alors les vieux récits bibliques : celui de la Samaritaine debout dans la chaleur du jour et à qui Jésus promet l’eau qui ne donnera plus jamais soif. Pour moi aussi la redécouverte de la grâce baptismale : nous sommes plongés dans l’eau du baptême en participant ainsi à la mort du Christ, et par cette eau fraîche du baptême, le Christ nous désaltère définitivement avec l’eau de la résurrection. Sur les bords du Jourdain, le geste simple de l’eau fraîche versée sur le front de celles et ceux qui brûlent dans les difficultés du quotidien, montre qu’une nouvelle vie, une nouvelle fraîcheur est possible, qui n’est pas seulement morale, mais redonne un sens nouveau à notre vie, car l’eau véritable du baptême c’est celle que le Christ lui-même nous donne par son Esprit.

« Nous tous, baptisés en Jésus Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés. Par le baptême, en sa mort, nous avons donc été ensevelis avec lui, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous menions nous aussi une vie nouvelle. Car si nous avons été totalement unis, assimilés à sa mort, nous le serons aussi à sa Résurrection. » (Romains 6, 3-5)

Puissions-nous rester en communion d’amitié et de prière, pour nous porter mutuellement, les malades, les proches et les soignants, durant ce temps d’épreuve vers des temps meilleurs, dans l’espérance de la vie plus forte que la mort. Et que Vendredi Saint nous mène à la lumière du matin de Pâques !

 

Photo de Christophe Meyer

Les réflexions du même thème

Lever la brume

Lorsque je me réveille tôt le matin dans ma belle vallée de Sainte-Marie-aux-Mines, régulièrement, je suis émerveillé par l’épais brouillard qui m’environne. Les particules d’eau envahissent l’air au point qu’on ne parvienne plus à y voir grand chose à la ronde. On en oublierait presque l’existence des montagnes autour de nous, tant c’est opaque. Certains jours d’hiver, les matins sombres de grand brouillard, même le lampadaire en face du presbytère se transforme en halo de lumière vague au bout d’une petite tige que l’on distingue à peine.

foi et spiritualité Jean-Philippe LEPELLETIERIl y a 3 mois

Noël

Malgré la nuit qui nous entoure, très tôt le soir, des lumières brillent dans nos villes, dans nos maisons, des étoiles, des anges s’illuminent, même dans notre pays sécularisé, où la religion est reléguée aux grands moments de la vie ou bien absente de certaines existences par choix.

foi et spiritualité Céline SAUVAGEIl y a 3 mois