Retour aux réflexions

L'auteur Christian Albecker

Président de l'UEPAL

Thème de la réflexion : actu

Continuer à espérer

En 2022, l’Action Chrétienne en Orient (ACO), fondée par le pasteur Paul Berron en 1922, fêtera ses 100 ans. Depuis plusieurs mois, les diverses branches de ACO Fellowship s’activent pour donner à cet événement l’écho qu’il mérite. En raison des incertitudes que fait peser la pandémie sur les manifestations internationales, l’ouverture de cette année jubilaire, qui devait se faire en octobre 2021, a été reportée au 1er et 2 octobre 2022 à Strasbourg. Nous aurons donc le temps d’en reparler ! Mais si j’évoque cet événement à venir, c’est qu’il sera placé sous le mot d’ordre « Un avenir d’espérance », à un moment où l’avenir du Proche Orient semble précisément si peu porteur d’espérance ! Pour ne citer que ces exemples : 10 ans de guerre civile, attisée par des influences et des interventions étrangères ont fait de la Syrie un champ de ruines. Le mois de mai vient encore d’être ensanglanté par une flambée de violence en Israël Palestine, qui fait de cet interminable conflit une nouvelle guerre de cent ans dont on ne voit pas l’issue. Comment dans ces conditions annoncer et célébrer l’espérance ?

Sur la proposition du Conseil plénier, j’ai adressé un message de solidarité aux victimes de la violence en Israël et Palestine, en rappelant qu’il n’est pas de paix sans justice. Ce message a été transmis au Grand Rabbin René Gutman qui vit à Jérusalem, et, via l’ACO, à nos partenaires palestiniens comme le patriarche émérite Michel Sabbah. Mots sans doute dérisoires, qui ont pourtant suscité des paroles de reconnaissance tant du côté israélien que palestinien. Car c’est notre vocation propre de chrétiens d’être témoins d’espérance, cette « invincible espérance » dont le père Christian de Chergé, prieur des moines de Tibhirine en Algérie, lui-même victime d’une terrible guerre civile, a témoigné dans l’un de ses ouvrages.

Parler, témoigner, dénoncer l’injustice, mais aussi agir. C’est ce qu’a fait Paul Berron, témoin des atrocités du génocide arménien, en créant l’ACO pour venir en aide aux Arméniens dans la détresse. Nous pouvons être fiers et reconnaissants de ce qu’un pasteur alsacien ait eu cette audace d’ouvrir les yeux sur les malheurs du monde. « Ses œuvres le suivent » (Apocalypse 14,13). Car agir, c’est ce que continue à faire aujourd’hui l’ACO. Et c’est ce que nous sommes invités à faire ici et maintenant, obstinément, pour faire contrepoids à toutes les situations d’injustice et de violence que nos sociétés génèrent sans fin. Pour que le monde, même à travers nos modestes actions, puisse continuer à espérer.

 

Branches d'amandier en fleurs, Vincent Van Gogh - 1890

Les réflexions du même thème

Au seuil de la trêve estivale

Au seuil de la trêve estivale, le week-end des 3 et 4 juillet, l’Assemblée de l’Union a enfin pu se retrouver en présentiel et travailler le sujet de l’évangélisation.

actu Christian KriegerIl y a 3 mois