Retour aux réflexions

L'auteur Christian Albecker

Président de l'UEPAL

Thème de la réflexion : actu

Dans l’espérance de Celui qui vient…

"Noël, c’est l’invitation à voir dans le plus banal des événements que constitue la naissance d’un enfant un rappel de la tendresse infinie de Dieu qui s’est lui-même identifié à un nouveau-né déposé dans une mangeoire, humain parmi les humains, humble parmi les humbles."

Chères sœurs et frères,

Une de mes connaissances me rapportait récemment ce propos d’un jeune préadolescent à sa grand-mère : « Mamy, tu as de la chance d’être vieille !». Il en a été bouleversé, ne pouvant s’imaginer entendre un jour pareille réflexion. Comment la comprendre ? Marqué par les messages anxiogènes de la pandémie, ce jeune a-t-il voulu dire qu’elle avait de la chance d’être parmi les plus protégés et les premiers vaccinés ? Ou pire, ce qui est plus vraisemblable, voulait-il exprimer son inquiétude devant un avenir marqué par tant d’incertitudes, en enviant celle qui avait déjà traversé les vicissitudes de la vie ? L’angoisse existentielle de ce jeune nous interpelle tout particulièrement dans ce temps de l’Avent et de Noël.

En effet, les chrétiens ont choisi de voir Dieu non dans la figure d’un vieillard qui serait pétri par les expériences de la vie et la sagesse accumulée au cours d’une longue expérience, mais dans le visage d’un nouveau-né, fragile, menacé, à l’avenir incertain, né dans une modeste famille de Palestine. Pour celles et ceux à qui il a été donné de vivre la naissance d’un petit enfant – j’ai eu récemment ce privilège avec la naissance d’un deuxième petit-fils – la joie et l’espérance l’emportent sur les questions et les inquiétudes. Mettre au monde un enfant, c’est faire un pari sur l’avenir : face à tous les défis auxquels notre humanité est confrontée, peut-être cet enfant-là va-t-il contribuer à la construction d’un monde meilleur ? Dieu a en tous cas fait en Jésus ce pari de la naissance, de la fragilité et de l’espérance. Cette fragilité a certes pris un visage tragique à la croix, mais elle a rejailli en nouvelle naissance dans l’aube du matin de Pâques.

Noël, c’est l’invitation à voir dans le plus banal des événements que constitue la naissance d’un enfant un rappel de la tendresse infinie de Dieu qui s’est lui-même identifié à un nouveau-né déposé dans une mangeoire, humain parmi les humains, humble parmi les humbles. Non, l’humanité n’a pas pour seule perspective la tristesse de la décrépitude et du vieillissement. En Jésus-Christ, elle est invitée, envers et malgré tout, à goûter la joie de la naissance et de l’enfance, dans l’émerveillement de l’amour partagé et multiplié !

Joyeux Noël à toutes et à tous, dans l’espérance de Celui qui vient comme la fragile pousse d’un printemps promis !

 

Peter Oslanec / Unsplash

Les réflexions du même thème

Au seuil de la trêve estivale

Au seuil de la trêve estivale, le week-end des 3 et 4 juillet, l’Assemblée de l’Union a enfin pu se retrouver en présentiel et travailler le sujet de l’évangélisation.

actu Christian KriegerIl y a 12 mois