Retour aux réflexions

L'auteur Ruth Wolff-Bonsirven

Pasteure, inspectrice ecclésiastique de Brumath

Thème de la réflexion : conjugalités et parentalités

La filiation spirituelle

« Tu es mon Fils bien-aimé, il m’a plu de te choisir » Marc 1, 11

Après l’ouverture de l’institution du mariage aux couples homosexuels, la légalisation de l’homoparentalité représente l’étape suivante de cette avancée sociétale. Cette possibilité bouscule nos représentations et pose la question de la pertinence du dépassement de la prépondérance du lien biologique en matière de filiation.

Afin d’alimenter ce débat en Église, il est indispensable d’interroger nos textes fondateurs sur la filiation.

Si la question de la filiation est très présente dans les récits bibliques, elle recouvre cependant des représentations très diverses. Le récit biblique de l’Ancien Testament s’articule pour une grande part autour d’histoires de pères et de fils, de généalogies. On appartient par filiation à une famille-clan, à un peuple…

Dans le Nouveau Testament, la filiation s'établit par adoption

Mais dans le Nouveau Testament, par l’affirmation de la parole d’adoption de Jésus au moment de son baptême, « Tu es mon Fils bien-aimé, il m’a plu de te choisir », la nouvelle filiation selon la promesse s’établit non plus selon une descendance, une lignée,… mais dans la nouveauté de l’Esprit. La nouvelle filiation proposée est une filiation spirituelle, par adoption, réalisée par la parole prononcée sur l’enfant… Désormais, la filiation qui compte est d’ordre spirituel et adoptif. La loi ancestrale de la filiation par lien du sang est dépassée.

Le déplacement constaté d’une filiation biologique (dans l’Ancien Testament) vers une filiation symbolique (dans le Nouveau Testament) permet d’affirmer quelques convictions : Au final, ce qui importe, ce n’est pas un modèle donné de parentalité, mais c’est l’esprit dans lequel sont investis la place de l’enfant et la responsabilité de père ou de mère.

Article issu de la brochure Couples, familles et parentalités que vous pouvez commander auprès des éditions Olivétan.

 

 

© Keoni K

Les réflexions du même thème

La famille, une valeur refuge

Les années qui ont vu s’écrouler l’institution du mariage ont vu exploser la cote de popularité de la famille. La jeune génération plébiscite particulièrement la famille comme valeur refuge et la place systématiquement en tête de tous les sondages. Elle apparaît comme le fondement, le socle garantissant la sécurité affective et de fait la réussite sociale. Elle est l’ingrédient majeur de l’épanouissement personnel, du bonheur.

conjugalités et parentalités Isabelle GerberIl y a 2 mois