Retour aux réflexions

L'auteur Christian Albecker

Président de l'UEPAL

Thème de la réflexion : actu, Confinement, interreligieux

Le temps et l’instant

Crise politique à Strasbourg : l’opportunité d’une nouvelle réflexion de fond sur la place des cultes dans l’espace public ?

Par une curieuse coïncidence de calendrier, le documentaire « Laïcité et concordat : l’exception » a été diffusé au moment-même où éclatait la polémique au sujet de la mosquée Eyyub Sultan de Strasbourg. Il aura fallu près de 3 ans, entre les autorisations administratives, le tournage, le confinement et les négociations avec France 3 pour parvenir à la diffusion du documentaire sur notre régime local des cultes, dont les qualités pédagogiques sur un sujet peu connu sont réelles. Il aura fallu l’instant d’un vote au conseil municipal pour déclencher à ce sujet une polémique qui brouille les pistes et trouble les esprits.

Non pas que le documentaire énoncerait une vérité sur la question des relations entre l’Etat, les collectivités et les religions, mais il prend le temps du recul, des questions, du dialogue. Non pas que l’exercice de la responsabilité politique n’exigerait pas des décisions rapides, mais il a manqué à celle-ci précisément le temps de la réflexion et du recul, qu’il aurait fallu prendre il y a longtemps déjà, avant la pose de la première pierre. Un projet de cette ampleur ne saurait être un « dossier » comme un autre, traité uniquement avec des critères juridiques et techniques. Sa « recevabilité » politique, symbolique et architecturale, et ses conditions de financement auraient dû être longuement débattues en amont-même du permis de construire, s’agissant de l’une des plus grandes mosquées d’Europe liée culturellement à la Turquie. Ajoutez à cela la parution opportuniste d’un sondage d’opinion sur le régime local des cultes qui, réalisé dans ce contexte, pousse facilement à des amalgames, et vous aurez tous les ingrédients d’un feuilleton de crise.

J’ai appris récemment d’Olivier Wang-Genh, président de l’Union bouddhiste de France, qu’en chinois le mot « crise » est formé de deux idéogrammes qui signifient « danger » et « chance » : peut-être que le danger de ce moment de crise politique peut devenir une chance pour une concertation et un dialogue renouvelé sur la place des religions dans la cité et leurs relations avec ses responsables. La mort et la résurrection du Christ que nous venons de célébrer sont des instants décisifs qui s’inscrivent dans le temps long du cheminement de Jésus parmi nous. Liturgiquement, le temps long du Carême débouche sur la crise du Vendredi saint et sur l’aube de Pâques. Puisse le temps long de cette pandémie qui n’en finit plus être l’opportunité de renouer avec le temps long de la réflexion et de l’approfondissement pour nous préparer à aborder les crises économique, sociale et psychologique qui sont devant nous dans la confiance et l’espérance !

Photo : Jeanne Rouillard / Unsplash

Les réflexions du même thème