Retour aux réflexions

L'auteur Muller Marc Frédéric

Pasteur, responsable du service des prédicateurs laïques

Thème de la réflexion : foi et spiritualité

Les gilets de la confusion sur l’île de la tentation

Dans le contexte de la mondialisation, des observateurs avisés établissent un lien entre les vagues populistes qui déferlent dans de nombreux pays, notamment en Russie, aux États-Unis d’Amérique, au Brésil, en Europe.

L’agitation sociale qui a débuté en France à la mi-novembre semble portée par un ressenti analogue : la démocratie, confisquée par les élites, ne sert pas un pouvoir d’achat exigible au nom de la justice sociale. Décrédibilisées, les instances de médiation et toutes formes de représentation sont mises en crise.

Or, dans la société de consommation, l’opinion s’impose au politique et aux médias, via les réseaux sociaux, dans une logique de satisfaction immédiate. Les consultations populaires généralisées, conjuguées avec l’information en temps réel, sans mise en perspective ni hiérarchisation, feront-elles le lit du coup d’état permanent ? L’opinion volage fait valoir ses revendications, si besoin par des menaces, comme une loi, sans égards pour le corps social.

L’opinion peut se passer d’argumentation, d’arbitrage et de délibération. Elle peut aduler un footballer qui gagne trois millions d’euros par mois et considérer le chef de l’État comme un profiteur du système avec un salaire de quinze mille euros. Comme si nous étions une société repliée sur une île, ayant seule la maîtrise de son destin, coupée du monde, l’opinion peut ignorer la dette publique, les rapports de force internationaux, la complexité des migrations, le besoin de régulations, l’enjeu des alliances entre États qui protègent des risques de la guerre, de la compétition commerciale ou de la prédation environnementale.

Et l’Évangile dans tout ça, me suis-je dit ?

« Mon royaume n’est pas de ce monde », déclare Jésus. Je comprends que les combats de ce temps ne sont pas ceux qui sauvent, mais puissent-ils au moins servir les autres, en vérité et avec bienveillance. La tentation demeure de vouloir tout soumettre à mon désir de toute-puissance. Me revient cette simple exhortation de l’apôtre : « Efforcez-vous de faire ce qui est bien devant tous. »

Un article issu du Nouveau Messager de mars-avril 2019

© pixabay.com/Ella87

Les réflexions du même thème

Faire vivre l’équilibre de l’écosystème

Alors que l’exploitation sans bornes des ressources naturelles a montré ses limites, l’appel de la Genèse à « dominer la terre » est-il toujours pertinent ? Deux aumôniers auprès d’agriculteurs, l’une protestante, l’autre catholique, revisitent ensemble ce passage d’un des récits de la création…

environnementIl y a 3 mois

C’est quoi le salut ?

Soyons simple. C’est un signe de reconnaissance. Comme on se salue dans la rue, entre amis, sur les réseaux sociaux. Plus familier qu’un bonjour, plus consistant qu’un coucou.

foi et spiritualité Esther LENZIl y a 3 mois