Retour aux réflexions

L'auteur Jean-Philippe LEPELLETIER

Pasteur

Thème de la réflexion : foi et spiritualité

Lever la brume

Lorsque je me réveille tôt le matin dans ma belle vallée de Sainte-Marie-aux-Mines, régulièrement, je suis émerveillé par l'épais brouillard qui m'environne. Les particules d'eau envahissent l'air au point qu'on ne parvienne plus à y voir grand chose à la ronde. On en oublierait presque l'existence des montagnes autour de nous, tant c'est opaque. Certains jours d'hiver, les matins sombres de grand brouillard, même le lampadaire en face du presbytère se transforme en halo de lumière vague au bout d'une petite tige que l'on distingue à peine.

Cette brume provoque un sentiment mêlé d’admiration et de crainte. D’un côté, je fais partie des admirateurs du brouillard. Il y a un certain romantisme qui se dégage de cette ambiance, qui m’évoque le tableau de Caspar David Friedrich où un voyageur au sommet d’un rocher contemple un paysage brumeux. C’est un sentiment d’émerveillement face au mystère de la nature, à sa beauté qui nous dépasse. En même temps, cet engouement fait également place à une forme d’inquiétude. Il est de notoriété publique qu’il ne fait pas bon de prendre la route lorsque la visibilité est mauvaise, peu importe la qualité des feux de brouillard. Sans parler du fait que cette brume qui nous prive du soleil peut progressivement devenir un peu plombante pour le moral.

Ce matin, comme à son habitude, la brume était là sur la vallée, plutôt légère en ce troisième jour de l’Avent.

Et aujourd’hui, elle me parle particulièrement face à la période de nous vivons. Voilà maintenant plusieurs années que la brume inquiétante a envahi nos vies. Dans la société civile, dans l’Église, parfois même dans notre vie personnelle, nous avons du mal à distinguer l’horizon. Il faut bien avancer, c’est sûr. Mais tout paraît opaque, flou, et on ne sait pas trop où l’on va, quand bien même aurions-nous une idée de la destination. On tâtonne, on marche doucement, on essaye de naviguer tant bien que mal, à vue. L’inquiétude gagne, et avec elle un certain manque de confiance en cet avenir qui paraît si obscur, si embrumé…

Mais voilà que la période de l’Avent nous rappelle qu’au-delà à cette brume, il y a un souffle, une vie, une lumière. L’horizon de l’Avent nous place face à la perspective d’une venue, celle d’un enfant, celle d’un Sauveur. Laisser vivre cette attente en moi, n’est-ce pas aussi laisser grandir une espérance qui lève le brouillard pour faire place à la confiance de l’Évangile ?

 

"Lève-toi, brille : ta lumière arrive, la gloire du Seigneur se lève sur toi. Certes, les ténèbres couvrent la terre et une obscurité épaisse recouvre les peuples ; mais sur toi le Seigneur se lève, sur toi sa gloire apparaît."

Esaïe 60.1-2

Réflexion tirée de MartinBucer.org avec l’aimable accord de Jean-Philippe Lepelletier.

© Jean-Philippe Lepelletier

Les réflexions du même thème

Noël

Malgré la nuit qui nous entoure, très tôt le soir, des lumières brillent dans nos villes, dans nos maisons, des étoiles, des anges s’illuminent, même dans notre pays sécularisé, où la religion est reléguée aux grands moments de la vie ou bien absente de certaines existences par choix.

foi et spiritualité Céline SAUVAGEIl y a 7 jours

Si Jésus n’était pas né…

Noël approche : la course aux cadeaux va commencer, les décorations de Noël vont fleurir un peu partout et les crèches dans les lieux publics vont susciter une fois de plus la colère des inspecteurs de la laïcité, ceux qui vont au tribunal pour faire interdire tous signes religieux dans les lieux publics.

Bible Catherine PICHARD KNORSTIl y a 7 jours

Les protestants ont-ils des églises ou des temples ?

« Les catholiques ont des églises et les protestants des temples. » Cette affirmation, telle une évidence, est de plus en plus souvent sous-entendue, dans les médias mais pas seulement. En Alsace-Moselle comme ailleurs en France, les choses ne sont pourtant pas si simples…

foi et spiritualité Caroline LehmannIl y a 7 jours