Retour aux réflexions

L'auteur Monique GISSELBRECHT

Pasteure

Thème de la réflexion : Confinement

Une pièce du puzzle

Projet d’écriture « Au jour le jour ma vie de foi » : « Et te voilà  partie  pour une nouvelle aventure » me suis-je dit.

Le 17 mars dernier, au premier jour du confinement, j’ai ôté ma montre et mes chaussures puisque, d’une part,  je ne sortirai plus de chez moi et d’autre part, il n’y aura plus d’impératif horaire. « Et te voilà  partie  pour une nouvelle aventure » me suis-je dit. Depuis toute jeune, j’ai toujours aimé les inattendus, la surprise, mais là, j’avoue qu’au fond de moi, il y avait de grands points d’interrogation : « Où allons-nous ? Qu’est-ce qui nous attend ? »

Les premiers jours, je me suis sentie en vacances, j’arrivais même à ne pas aller dans mon bureau ! Mots fléchés, lectures, cuisine étaient au programme mais très rapidement quelqu’un d’autre s’est invité dans mon quotidien : l’angoisse environnante ! Il n’y avait plus qu’un seul thème dans les journaux écrits ou télévisés, dans les conversations téléphoniques : le virus et ses terribles conséquences. Bien des personnes que je connaissais dans la paroisse, chez des amis, mais aussi dans ma propre famille ont été touchées. Ce mal, invisible et si lointain au départ, m’est devenu soudain si proche et bien réel.

A côté de l’angoisse, une autre réalité s’est installée, une intense solitude : Un tête à tête continuel avec moi-même ! Etant considérée comme personne à risque, aucune visite n’était la bienvenue, ainsi, en-dehors de la femme de ménage qui venait le lundi matin et le commissionnaire qui passait le mardi, personne n’est entrée dans mon logement et je n’en suis pas descendue pendant 55 jours !

Pourtant aujourd’hui, le 2 juin 2020, j’ai de très nombreuses raisons de dire merci : ma vie intérieure a été à la fois secouée et fortifiée.

Secouée par le « vide » de mon logement et l’incapacité de descendre seule ne serait-ce que dans la cour (la pente est trop raide pour mon fauteuil roulant) mais fortifiée, d’une part, par la présence réelle et fidèle du Seigneur à mes côtés, perceptibles au travers de tant de petits riens qui m’ont permis de tenir. Et d’autre part, par le magnifique soleil qui nous a accompagnés tout au long de ces jours. J’installais mon assiette sur mes genoux et je mangeais au soleil de la fenêtre ouverte (je suis aussi bronzée qu’après une semaine en Espagne !).

Secouée, parce que la communauté vivante me manquait terriblement mais fortifiée parce que j’ai pu apprécier et me laisser nourrir par tous les textes et toutes les célébrations que toutes les nouvelles technologies ont rendues possibles.

Secouée par l’éloignement avec les êtres aimés (je n’ai pas vu ma famille depuis le 30 décembre 2019) mais fortifiée par la puissance de la prière (que les kilomètres ne peuvent pas altérer) et la grâce de l’amitié. Chaque jour à 13h, je discutais à la fenêtre avec ma voisine et amie en face et tout au long de l’après-midi et de la soirée le téléphone « chauffait » en raison des nombreux appels d’amis et de paroissiens. Ce lien formidable de l’amitié a été nourri et solidifié par la formidable grâce de la prière. Que de bienfaits reçus durant ces semaines !

Secouée par la quasi « inactivité » mais fortifiée par un passe-temps qui non seulement m’a réjouie mais m’a également ouvert une nouvelle perspective dans mon ministère. Une amie m’a offert 3 puzzles de 1 000 pièces pour occuper mes soirées. Quelle merveilleuse initiative ! Une excellente école de la patience et de la persévérance mais aussi une belle image du ministère. En effet, chaque pièce du puzzle est unique. Il faut prendre du temps, la prendre en main, la regarder pour la trouver sa place, la sienne. Inutile d’essayer de la mettre ailleurs ou d’en mettre une autre à sa place, ça ne marchera pas. Parfois, on aimerait abandonner, tout jeter dans un coin et pourtant, en persévérant jusqu’au bout on est émerveillé du résultat, du tableau que ces petites pièces pourtant si insignifiantes, chacune à leur place, ont ensemble, pu produire. Durant ces 55 jours, j’ai pris conscience avec bonheur et reconnaissance, combien chacun d’entre est unique et précieux mais combien de nombreuses personnes souffrent parce qu’elles ne trouvent pas leur place. Elles sont mal dans leur peau, ne se supportent pas elles-mêmes (ni les autres) parce qu’elles ont le sentiment d’être inutiles ou nulles.

Quel est le message de l’Évangile ? N’est-il pas de nous faire découvrir que chacun est unique aux yeux du Seigneur, mais aussi précieux et indispensable pour que, le Corps du Christ -qu’est l’Église- puisse vivre ?

Alors en ce 2 juin, je veux placer 2 priorités dans mon ministère : la prière, personnelle et en communauté d’une part et l’écoute et la disponibilité pour l’autre, d’autre part, afin de l’aider à sa place dans le magnifique puzzle de la communauté chrétienne.


2 juin 2020


L’inspection de Wissembourg propose un projet d’écriture « Au jour le jour ma vie de foi » où chacun est invité à partager comment le confinement a changé sa manière de vivre et de comprendre sa foi, de vivre et de comprendre l’Église. Apportez, vous aussi, votre témoignage en écrivant à axel.imhof@yahoo.com

Photo by Ryoji Iwata on Unsplash

Les réflexions du même thème

Rencontrer, partager, prier

Pendant la crise, les aumôniers des Ehpad ne pouvaient plus rencontrer les résidents, ni célébrer des cultes avec eux. Comment ont-ils géré cette situation ? Quelles questions se posent-ils aujourd’hui sur leur pratique ?

Confinement Gwenaëlle BRIXIUSIl y a 5 mois

Un silence intolérable

Depuis que ce micro-organisme sillonne en toute impunité tous les coins de notre planète, notre vie sur cette Terre a bien changé.  Je suis devenue prudente...

Confinement Corinne EhretIl y a 5 mois

La langue du coeur

Projet d’écriture « Au jour le jour ma vie de foi » : il n'est nulle part fait référence à quelque notion de savoir, de connaissances : le ressenti du cœur suffit. 

Confinement Anne van den BroeckeIl y a 5 mois

Une réalité plus simple ?

Projet d’écriture « Au jour le jour ma vie de foi » : L’avenir me paraît pleins d’incertitudes mais aussi de nouvelles possibilités...

Confinement Georges REMPPIl y a 5 mois