Retour aux réflexions

L'auteur Christian Krieger

Pasteur, vice-président de l'UEPAL, président de l'Église réformée d'Alsace et de Lorraine, président de la Conférence des Églises européennes

Thème de la réflexion : actu

Une rentrée normale ?

Bon nombre de nos contemporains aspiraient à une rentrée normale...

Bon nombre de nos contemporains aspiraient à une rentrée normale, tant durant les derniers mois nous-mêmes, notre vie familiale, notre vie sociale, nos agendas, notre travail, ont été perturbés, bousculés, contraints. Et comme eux, en Église, nous sommes partagés entre un diffus sentiment de peur et la nécessité de la confiance. Nous nous interrogeons comment allons-nous reprendre ensemble les engagements des uns et des autres ? Comment retrouver le chemin de la communauté, de la vie sociale, de la convivialité si essentielle au vivre ensemble ? En bien des lieux, nous mobilisons des trésors d’imagination pour rendre notre vie quotidienne la plus normale possible. La créativité continue d’être mobilisée pour organiser les cultes, notamment dans les paroisses pour les cultes de confirmation afin d’accueillir avec joie et reconnaissance l’engagement des jeunes, ou encore dans l’UEPAL pour le culte de reconnaissance du ministère de 8 jeunes pasteurs entrant au service de nos Églises.

En cette rentrée, il nous faut continuer de mobiliser notre créativité pour inventer la vie d’Église dont nos communautés paroissiales et nos lieux d’Église ont besoin pour concrétiser la vocation qui est la nôtre de partager jusqu’aux confins de la terre cette parole qui nous fait vivre.

En cette rentrée, il nous faut continuer de mobiliser notre créativité pour inventer la vie d’Église dont nos communautés paroissiales et nos lieux d’Église ont besoin pour concrétiser la vocation qui est la nôtre de partager jusqu’aux confins de la terre cette parole qui nous fait vivre.

Toutefois, cette l’expression « revenir à la normale » fait réfléchir. Est-ce seulement souhaitable ? Le monde d’avant, et cela depuis des décennies, n’était-il pas gouverné par cet impératif économique et financier incontestable ? N’était-il pas, sur les îles grecques jouxtant la frontière turque, fait de camps de migrants bondés suscitant l’exaspération des populations locales ? N’était-il pas fait de situations désespérées en bien des pays, en Palestine, au Liban, en Ukraine, en Afghanistan, en Afrique australe, … ? N’était-il pas fait d’actes de haine, de racisme, de discrimination indignes du 21ème siècle ? N’était-il pas fait de ce détricotage d’accords de coopération multilatérale et d’absence manifeste de solidarité, notamment parmi les gouvernants enclins au discours populiste ? N’était-il pas fait en France de cet incessant débat idéologisé sur la place des religions dans notre société ?

Le mot d’ordre du mois de septembre nous rappelle qu’en Christ, Dieu a réconcilié le monde avec lui (2 Co 5,19). Fort de cette espérance, le message de l’Évangile nous enjoint de nous préoccuper de l’autre et du monde ; et donc de résister à la logique de l’autosuffisance ou de la solitude de celui qui se dit « après moi le déluge » ; mais au contraire de cultiver l’attention à l’autre, de se mobiliser et de s’engager pour lutter ensemble pour ce qui est juste, pour une vision évangélique de l’humain, du monde, de l’Église. Les religions, et notamment le protestantisme, ont une contribution au débat public à faire valoir et des ressources au vivre ensemble à apporter.

 

Plus que de ressources de doctrine ou d’institution, la vocation d’une religion n’est-elle pas d’abord celle de lever le fond de bonté qui réside en chaque être humain ?

Au moment où nous aspirons à un retour à la normale, l’Évangile nous appelle à dépasser les conflictualités persistantes dans notre monde, de résister à l’inclination de les considérer comme normales. Que la lecture de l’Évangile maintienne vive cette vision de la justice et aiguise le regard que nous portons sur nous-mêmes, sur le monde et ses limites !

Bonne rentrée !

Photo Nick Morrison / Unsplash

Les réflexions du même thème

L’Église d’après

La pandémie du Covid 19 et les contraintes sanitaires que nous avons connues ont suscité de nombreux débats et questionnements. L’un d’entre eux s’interrogeait sur l’essence du monde d’après,...

actu Christian KriegerIl y a 2 jours

La santé, bien suprême ?

Dans le déluge d’informations, de débats et de reportages sur la pandémie qui inondent nos médias, un seul sujet ne semble jamais poser question ni faire débat, à savoir le présupposé que la santé est le bien suprême de l’humanité.

actu Christian AlbeckerIl y a 2 jours