Retour aux réflexions

L'auteur Isabelle Gerber

Pasteure, inspectrice ecclésiastique de Bouxwiller

Thème de la réflexion : foi et spiritualité

Vous avez dit miracle ?

Dans chaque édition du Nouveau Messager, un pasteur déchiffre une « clé du jargon » pour les lecteurs. Ce mois-ci, « le miracle ».

Une chose inexpliquée, inattendue, merveilleuse et l’on s’écrie : « C’est un miracle ! » Le mot n’appartient pas aux seules sphères religieuses. Une guérison que la médecine ne pouvait prédire, un mur de Berlin qui s’écroule sans guerre, des ennemis qui se réconcilient. Tout ceci est source d’étonnement et d’admiration.

On parle de miracle quand on est sans mot. Reconnaître un miracle c’est admettre que l’on ne comprend et ne maîtrise pas tout. Cela nécessite de l’humilité.

Le miracle désigne des actions extraordinaires. Jésus transforme l’eau en vin, guérit des malades, ressuscite Lazare… Tout ceci dépasse les possibles de notre monde. La foule reste médusée par le spectaculaire, elle ne s’intéresse guère à l’intimité de Jésus avec Dieu, cette énergie en lui qui pouvait guérir ceux qui l’approchaient. La foule retient le sensationnel. La prière qui creuse en secret un canal pour l’agir de Dieu échappe au regard.

Croire aux miracles c’est croire que l’inespéré peut advenir. Le miracle creuse en nous deux chemins essentiels ; celui de la reconnaissance et de l’espérance. Il fait place à l’action de Dieu.

La reconnaissance dit : « Seigneur, quel miracle que ma vie. Je m’éveille chaque matin. Merci pour ma santé, pour ceux qui m’entourent, pour la beauté et la bonté ! »

L’espérance, dans l’impasse, scrute les failles. Elle croit que le miracle c’est  Dieu lui-même, lumière et amour plus puissant que tout, qui peut déchirer toutes ténèbres.

Un article paru dans Le Nouveau Messager, édition de mai-juin 2019

© Istock / aydinmutlu

Les réflexions du même thème

Lever la brume

Lorsque je me réveille tôt le matin dans ma belle vallée de Sainte-Marie-aux-Mines, régulièrement, je suis émerveillé par l’épais brouillard qui m’environne. Les particules d’eau envahissent l’air au point qu’on ne parvienne plus à y voir grand chose à la ronde. On en oublierait presque l’existence des montagnes autour de nous, tant c’est opaque. Certains jours d’hiver, les matins sombres de grand brouillard, même le lampadaire en face du presbytère se transforme en halo de lumière vague au bout d’une petite tige que l’on distingue à peine.

foi et spiritualité Jean-Philippe LEPELLETIERIl y a 1 année