Onglet Actus
  • CEPE

    Les travaux de l’Assemblée générale de la CEPE s’achèvent mardi 18 septembre à Bâle

    L’Assemblée a définitivement adopté le texte doctrinal sur la compréhension protestante de la communion ecclésiale, ainsi que les textes sur la pluralité religieuse en Europe, la théologie de la diaspora et l’éthique de la médecine reproductive.

     

    Un culte solennel a été célébré dimanche en la cathédrale de Bâle. La prédication du Président Gottfried Locher a porté sur la Béatitude « Heureux ceux qui procurent (fabriquent !) la paix », appliqué au contexte européen actuel. L’assemblée a fait l’expérience étonnante d’une liturgie « yodlée », dans la grande tradition des Alpes suisses ! Durant cette célébration eucharistique a été signée solennellement, entre le président de la CEPE et le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, une déclaration d’intention engageant les deux parties à ouvrir un dialogue officiel sur l’Église et la communion ecclésiale. Ce dialogue représente une grande nouveauté, dans la mesure où jusque-là le Vatican n’ouvrait de dialogue qu’avec les grandes communions confessionnelles mondiales (luthérienne, réformée, méthodiste,…). Ce dialogue est une reconnaissance de l’intérêt et de la pertinence du modèle œcuménique pratiqué par la CEPE, sur la base de la Concorde de Leuenberg : nous pouvons être en pleine communion malgré nos différences d’organisation, de piété, de positons éthiques. Il s’agit, sur la base d’un accord sur l’essentiel – la foi en Christ ressuscité – d’accepter une « diversité réconciliée » ou un « consensus différencié ».

     

    L’Assemblée a également élu son nouveau conseil de 13 membres, en responsabilité jusqu’à la prochaine Assemblée générale dans 6 ans. Christian Albecker a été élu au Conseil, avec pour suppléante Agnès von Kirchbach, pasteure dans l’EPUdF. La première réunion du Conseil a eu lieu dans la salle du Concile, où les cardinaux se réunissaient durant le Concile de Bâle.

     

     

     

    180814_cepe-1

     

    190814_cepe-2

     

    180918_cepe-3

     

    180918_cepe-5

     

    180918_cepe-6

     

    180918_cepe-4-

     

     

    © UEPAL / Christian Albecker

     

    Publié le 18/09/2018

     

    -->
  • Quand la musique fait impression

  • Des chrétiens témoignent

  • Le temps de la Création

  • Décès de Michel Schaeffer

  • Conseil de la Fédération luthérienne mondiale

  • La religion à l'école

  • Rendez-vous avec les religions

  • Christian Krieger est élu président de la CEC

  • Nuit du handicap

UEPAL L'Église et moi Naissance Baptême d'enfant

Le baptême d'un enfant

Envoyer Imprimer PDF

 

Comment préparer un baptême ?

 

En principe, le baptême est célébré dans la paroisse où habitent les parents. Mais, en concertation avec les pasteurs concernés, vous pouvez le célébrer dans une autre paroisse.

Procédure :

Faites la demande auprès du pasteur au moins trois mois avant la date choisie. Cela laisse un maximum de possibilités pour le choix de la date.


 

  1. La préparation se déroule en 1 à 3 rencontres pour réfléchir sur le sens de la démarche et choisir les textes et les chants.
  2. La célébration du baptême a lieu lors d’un culte du dimanche. C'est une célébration joyeuse !

 

Choisir les parrains et marraines

 

Un parrain ou une marraine est une personne ressource pour un enfant. Par leurs paroles, leurs actes, le temps qu’ils lui consacreront, ils aideront l’enfant à grandir et découvrir l’amour de Dieu.

Le parrain et la marraine sont appelés à soutenir l’enfant dans la prière et à l’accompagner sur le chemin de la foi pour qu’il puisse dire lui-même OUI à son baptême.

Même si le baptême du parrain et de la marraine n’est pas toujours exigé, il s’agit tout de même d’être cohérent dans ce choix. Le baptême évoque un acte de foi chrétien. En général, le pasteur demandera qu’au moins la moitié des parrain/marraine soit baptisée et, si possible, de confession protestante.

Dans ce souci de cohérence, les parrain/marraine doivent avoir l’âge de prendre conscience de leur rôle et responsabilité.

 

Il est possible de choisir plus d’un parrain ou d’une marraine.

 

Nota : les parrain/marraine ne sont pas des tuteurs/-trices légaux. La loi civile ne leur reconnait aucun statut particulier. Leur rôle est un compagnonnage d’ordre spirituel.

 

 

Un baptême, comment ça se passe ?

 

 

En général, le baptême a lieu au début du culte.

Le pasteur rappelle le sens du baptême, en lisant un texte dans la Bible. Il invite parfois les parents à dire pourquoi ils désirent faire baptiser leur enfant.

Le baptême a lieu près du baptistère ou de l’autel. Le pasteur verse un peu d’eau sur la tête de l'enfant en lui disant " NN, je te baptise au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit". Puis, il le bénit en disant un verset biblique.

Après cela, le pasteur invite les parents, les parrain/marraine à exprimer leurs engagements.

 

Lors des rencontres de préparation, les parents auront pu choisir et proposer des chants, des textes, des interludes musicaux…

Les parrain/marraine participent souvent au culte en lisant une prière ou un poème.

 

 

Pour aller plus loin :

 

Pour expliquer en images à l’enfant :

Petit enfant :

GROSS, Philippe et MARC-BOUSQUET Isabelle, Le baptême de Jules, Édition SED

 

Enfant, niveau école primaire :

GROSS, Philippe et MARC-BOUSQUET Isabelle, Laura, Dieu t’aime ! Le baptême de Laura, Édition SED

 

Pour les parents :

GROSS, Philippe et MARC-BOUSQUET Isabelle, Le baptême de votre enfant, 12 fiches pour dialoguer, Édition SED

 

Choix de textes pour la célébration :

 

 

 



 

 

 

 
UEPAL L'Église et moi Naissance Baptême d'enfant