22 avril 2020

Crise sanitaire et amitié franco-allemande

Une déclaration commune signée par les Églises protestantes du Pays de Bade et du Palatinat et de l’UEPAL

Strasbourg / Karlsruhe / Speyer, 22 avril 2020

Nous vivons une période de crise sanitaire inédite. Elle réduit considérablement notre liberté de circulation. Elle exige que nous pratiquions une distanciation sociale et que nous nous abstenions de notre vie sociale habituelle. Un sentiment de peur vis-à-vis de l’autre, qui potentiellement représente une menace de contagion s’est largement répandue.

Dans le contexte de cette crise pandémique et des peurs qu’elle suscite, les frontières entre l’Alsace, le pays de Bade et le Palatinat sont devenues un lieu d’une grande sensibilité :

  • Nous comprenons que les politiques sanitaires s’appliquent à des entités territoriales. Leur cohérence et leur efficacité sont donc liées aux frontières. La fermeture de celles-ci apparaît dès lors comme une mesure nécessaire pour contenir le risque de contagion. Par ailleurs, la circulation de certains frontaliers montre que le risque d’infection n’augmente pas si les gens respectent les réglementations locales et si celles-ci sont bien coordonnées entre les pays.
  • En même temps, la frontière montre à quel point l’ancienne vie est affectée : depuis la fermeture des frontières, des couples ou des amis ne peuvent plus se rencontrer, certains frontaliers ne peuvent plus aller travailler ou voir leur médecin de l’autre côté de la frontière. La vie normale semble paralysée, le commerce et les affaires sont affectés. Les échanges culturels et associatifs ainsi que les collaborations entre Églises ont dû être considérablement restreints.
  • En situation de crise et de sentiment de peur qu’elle peut susciter, les gens cherchent des explications simples, des coupables. Dans notre région, d’aucuns se rattachent aux vieilles attitudes et à des clichés nationalistes que nous avions espéré surmonter sur le long chemin de la réconciliation franco-allemande.

 

Nous Églises protestantes d’Alsace Lorraine, du pays de Bade et du Palatinat

  • Nous reconnaissons et respectons les mesures prises par les responsables politiques de leur territoire respectif, y compris les restrictions au passage des frontières. Nous sommes reconnaissants que des patients d’Alsace aient été admis et traités dans le Bade-Wurtemberg et dans d’autres Länder allemands ainsi qu’en Suisse. Nous encourageons une utilisation encore plus grande des structures transfrontalières existantes pour mieux coopérer dans la lutte contre les infections et la définition de mesures sanitaires.
  • Nous affirmons que les frontières ont vocation à être des lieux de passage et de coopération, permettant la fraternité et la solidarité, et non des lieux où la différence devient indifférence, insulte, mépris, haine. L’autre, au-delà de la frontière, n’est pas d’abord celui qui est porteur d’une potentielle menace virale, mais avant tout celui avec qui l’humanité vaincra cette pandémie, contribuera à créer un monde plus humain, plus hospitalier, où les principes démocratiques permettront à chacun de vivre dans la liberté et la paix.
  • Parce que la foi, l’espérance et l’amour ne connaissent pas de frontières, et parce qu’en tant qu’Église nous sommes habités par une espérance sans frontières, nous encourageons tous les citoyens français et allemands, à vivre avec sagesse et humilité la situation présente. Elle est exceptionnelle, et limitée dans le temps. La fermeture des frontières, le regard porté sur l’autre vivant de l’autre côté de la frontière et la façon de le considérer touchent les profondeurs de notre existence et de notre humanité en tant qu’images du Christ. En tant que son Église, nous sommes appelés à poursuivre sur le chemin de réconciliation qu’il a amorcé. L’amitié franco-allemande, pour laquelle nous sommes profondément reconnaissants, en est un exemple.

« Si quelqu’un est dans le Christ, c’est une création nouvelle. Ce qui est ancien est passé : il y a là du nouveau. Et tout vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par le Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation. … au nom du Christ, nous supplions : Laissez-vous réconcilier avec Dieu ! » 2 Corinthiens 5,17-20

Christian Albecker
Président de l’UEPAL

Prof. Dr. Jochen Cornelius-Bundschuh
Landesbischof der Evangelischen Kirche in Baden

Dr. h. c. Christian Schad
Kirchenpräsident Evangelische Kirche der Pfalz

 

Christian Schad, Christian Albecker et Jochen Cornelius-Bundschuh. Photo d’archives du 9 janvier 2017, à l’occasion de la déclaration commune sur les 500 ans de la Réforme et les élections dans les deux pays.

Les pasteurs Axel Imhof et Heiko Schwarz sur le pont de la Lauter, à Scheibenhardt