Onglet Actus
  • CEPE

    Les travaux de l’Assemblée générale de la CEPE s’achèvent mardi 18 septembre à Bâle

    L’Assemblée a définitivement adopté le texte doctrinal sur la compréhension protestante de la communion ecclésiale, ainsi que les textes sur la pluralité religieuse en Europe, la théologie de la diaspora et l’éthique de la médecine reproductive.

     

    Un culte solennel a été célébré dimanche en la cathédrale de Bâle. La prédication du Président Gottfried Locher a porté sur la Béatitude « Heureux ceux qui procurent (fabriquent !) la paix », appliqué au contexte européen actuel. L’assemblée a fait l’expérience étonnante d’une liturgie « yodlée », dans la grande tradition des Alpes suisses ! Durant cette célébration eucharistique a été signée solennellement, entre le président de la CEPE et le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, une déclaration d’intention engageant les deux parties à ouvrir un dialogue officiel sur l’Église et la communion ecclésiale. Ce dialogue représente une grande nouveauté, dans la mesure où jusque-là le Vatican n’ouvrait de dialogue qu’avec les grandes communions confessionnelles mondiales (luthérienne, réformée, méthodiste,…). Ce dialogue est une reconnaissance de l’intérêt et de la pertinence du modèle œcuménique pratiqué par la CEPE, sur la base de la Concorde de Leuenberg : nous pouvons être en pleine communion malgré nos différences d’organisation, de piété, de positons éthiques. Il s’agit, sur la base d’un accord sur l’essentiel – la foi en Christ ressuscité – d’accepter une « diversité réconciliée » ou un « consensus différencié ».

     

    L’Assemblée a également élu son nouveau conseil de 13 membres, en responsabilité jusqu’à la prochaine Assemblée générale dans 6 ans. Christian Albecker a été élu au Conseil, avec pour suppléante Agnès von Kirchbach, pasteure dans l’EPUdF. La première réunion du Conseil a eu lieu dans la salle du Concile, où les cardinaux se réunissaient durant le Concile de Bâle.

     

     

     

    180814_cepe-1

     

    190814_cepe-2

     

    180918_cepe-3

     

    180918_cepe-5

     

    180918_cepe-6

     

    180918_cepe-4-

     

     

    © UEPAL / Christian Albecker

     

    Publié le 18/09/2018

     

    -->
  • Quand la musique fait impression

  • Des chrétiens témoignent

  • Le temps de la Création

  • Décès de Michel Schaeffer

  • Conseil de la Fédération luthérienne mondiale

  • La religion à l'école

  • Rendez-vous avec les religions

  • Christian Krieger est élu président de la CEC

  • Nuit du handicap

UEPAL Qui sommes-nous ? Notre histoire

Histoire du protestantisme

Envoyer Imprimer PDF

 

L'expression de la foi protestante est née d'un puissant mouvement de réformation de l'Église au XVIe siècle. À l'origine, Martin Luther (1483-1546), Jean Calvin (1509-1564), Martin Bucer (1491-1551) et d'autres responsables religieux et politiques plaident pour un retour aux sources évangéliques et prônent la simplicité et la radicalité de la « vraie » foi.

Un terrain d'entente suffisant n'ayant pu être trouvé avec l'Église catholique romaine à l'époque, le protestantisme s'est développé en prenant appui sur des structures socio-politiques prêtes à le recevoir (royaumes, principautés, villes libres, etc.). Plusieurs familles « confessionnelles » ont vu le jour, dont notamment :

 

  • la famille luthérienne (issue de l'œuvre de Luther), regroupée aujourd'hui dans la Fédération Luthérienne Mondiale ;
  • la famille réformée ou presbytérienne (issue de l'œuvre de Calvin), rassemblée aujourd'hui dans l'Alliance Réformée Mondiale ;
  • d'autres familles « évangéliques » (mennonites, anglicanes, baptistes, méthodistes, etc) issues elles aussi de la Réforme.

 

Au niveau régional, les Églises luthérienne[1] et réformée[2], travaillant en étroite collaboration depuis de nombreuses années, se sont regroupées en 2006 pour former l'Union des Églises protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL).

Chacune des Églises a ainsi délégué à l'Union une grande partie de ses compétences pour conduire des actions communes. Les pasteurs de ces deux Églises, par exemple, sont à présent rassemblés dans un corps pastoral unique. Les deux Églises subsistent cependant dans leur organisation propre.

 

[1] Église protestante de la Confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine - EPCAAL

[2] Église protestante réformée d'Alsace et de Lorraine - EPRAL

 

 
UEPAL Qui sommes-nous ? Notre histoire