1 juillet 2020

Retour sur la célébration à la cathédrale

Un moment de prière conjoint pour rendre hommage aux victimes directes et indirectes de l’épidémie de Covid-19

Retrouvez des extraits de la prédication de l’inspectrice ecclésiastique Bouxwiller, Isabelle Gerber.

(Vous pouvez télécharger le texte complet, ci-dessous)

 

« Il y a quelques mois désormais s’abattait sur notre région, notre pays, notre vie, une pandémie inédite entrainant souffrances et deuils en cascade. Nombreux ceux qui furent meurtris, dans leur chair, leur esprit. L’échafaudage intérieur fut mis à terre non seulement par le virus mais par la distance, l’isolement, imposés.
[…]
Devant Dieu, aujourd’hui, nous portons ces déchirements, ces arrachements, ces adieux qui n’ont pu se vivre, notre culpabilité et nos larmes.
[…]
Ni les forces d’en haut, ni les forces d’en bas, ni la souffrance, ni le malheur, pas même la mort, rien, ne peut nous séparer de l’amour de Dieu.
[…]
Dieu se tient toujours prêt des fissures. C’est souvent par là que nous le laissons approcher. Les forts n’ont pas besoin de Dieu comme les bien-portants n’ont pas besoin de médecin. Dieu se tient au seuil de notre être intérieur, le Vivant attend d’être invité pour parler. Le Dieu des chrétiens n’est pas un Dieu fanfaron, il se faufile dans le monde par une mangeoire, il dit son amour en agonisant sur une croix. A travers tout ce qui m’arrive, Dieu peut entrer. Il se tient au fond de nos détresses pour nous y recueillir. Il est le monde de l’Avent, il se mêle à ce qui vient pour nous y rencontrer. Toujours  à notre recherche, a fortiori quand nous somme perdus, nous assistant dans notre quête de sens dans tout ce qui nous advient. La foi, la disponibilité pour Dieu se creuse souvent dans nos failles. C’est lorsque nous prenons conscience de notre limite que s’ouvre l’espace pour un autre que nous-mêmes. La société entière l’a vécu en voyant soudainement les invisibles. Ceux qui nous tendent un verre d’eau, changent nos draps sur un lit d’hôpital, vident nos poubelles. Les temps de crise révèlent nos limites et mettent en relief notre dépendance.

J’ai besoin des autres. »

Voici quelques images de la célébration qui s’est tenue le 26 juin 2020 en la cathédrale de Strasbourg :

© Photos par Alexandre Schlub

© Photos par Alexandre Schlub